Planète Santé

STOP-ALLERGIE

ALLERGIES CROISÉES : qu'est-ce donc ?
 
Les personnes qui en sont atteintes réagissent simultanément à plusieurs substances qui n'ont apparemment pas de rapport entre elles.
Une explication possible prend en compte la ressemblance botanique (composition identique en protéines) entre certains pollens et des aliments végétaux.
Une personne allergique à un pollen spécifique peut donc également développer une réaction (allergique) croisée à un aliment végétal de la même ’’famille’’. Dans ce cas, le système immunitaire n’arrive pas à faire la différence entre ces deux substances.
 
En résumé, une allergie croisée est une
  • allergie alimentaire causée par une allergie au pollen (rhume des foins). Pour exemples :
    • allergie au bouleau croisée avec la pomme / pêche / poire /  abricot / noisette / carotte ...ou tomate ;
    • allergie à l'armoise croisée avec le céleri ;
    • allergie à l'ambroise croisée avec la pomme ou la pêche
 
Mais il existe d'autres allergies croisées, telles que:
  • des allergies croisées entre pollens
par ex. : bouleau et l'allergie croisée avec l'aulne / noisetier/ chêne / châtaigner /  olivier / frêne ou encore l' ambroisie ou l'armoise
  • entre aliments
par ex. : le lait de vache et l'allergie croisée ave la viande de boeuf  ou lait de chèvre ou de jument;  l'arachide avec l'allergie croisée avec le soja / lentille ou fruits à coque ; 
la moutarde et l'allergie croisée avec le kiwi ou la noisettes ou d'autres graines  ...etc.  
  • entre animaux 
par ex. : le chat et l'allergie croisée à d'autres animaux (chien, cheval, rongeurs, bovin, porc);
les acariens et l'allergie croisée avec l' escargot / crevette / langouste ou blatte
  • entre pneumallergènes non polliniques et aliments  
par exemple : le latex avec l'allergie croisée à la banane / kiwi / avocat  ou melon ;
les oiseaux avec l'allergie croisés à l'oeuf de poule ou de caille / viande de poulet ou de dinde  ou même au lait de vache  
 
Il a été constaté que près de 70% des personnes allergiques au pollen  développent ultérieurement une allergie croisée à certains aliments.
 Les symptômes ou troubles  sont généralement : des picotements, des démangeaisons ou des brûlures dans la bouche, un gonflement de la langue, une perte de sensibilité des lèvres, ou même un gonflement du larynx avec difficulté respiratoire. Des réactions cutanées et des dommages gastro-intestinaux sont également possibles. 
 
C'est pourquoi il est conseillé de traiter une allergie au pollen, même minime, avec la méthode NAET par prévention et  éviter que des allergies croisées  s'installent peut-être plus tard et rendent du coup, votre quotidien plus compliqué.
ACARIENS  - POUSSIÈRE
 
En Suisse, 5 à 8% des enfants et des adultes souffrent d'une allergie aux acariens de la
poussière domestique. Invisible à l'oeil nu (0,3 mm), les acariens aiment s'installer gratuitement
chez l'habitant... quasi impossible de déloger complètement l'incruste, notre objectif est déjà d'en
diminuer très fortement la quantité et d'éviter qu'ils aient envie d'y revenir ! 
Vous avez besoin de faire une pause ? prenez de l'altitude : dès 1'000- 1'200 m d'altitude, les acariens sont quasi absents ou partez en vacances dans un pays chaud...et surtout sec.
 
Pour thérapeutes : 
partage d'un cabinet de thérapie
LAUSANNE-Centre
Voici quelques GESTES ET MESURES A PRENDRE
  • Faire le ménage dans un 1er temps pour éliminer le plus d'acariens possible, tout en faisant en sorte d'éviter leur contact lors du nettoyage :
    • porter un masque lorsque vous faites la poussière chez vous
    • nettoyez 1 à 2x par semaine avec un chiffon mouillé (évitez les plumeaux ou les chiffons secs qui vont déplacer les acariens en les éparpillant
    • secouez vos tapis à la fenêtre
    • passer l’aspirateur  2x par semaine, en prenant soin d'aspirer aussi sous le mobilier, avec fenêtres ouvertes et portes fermées. Evitez les aspirateur  sans sac.
  • Lavez votre linge de maison à la température la plus élevée (minimum 60 °C) et toujours bien les sécher :

    • les draps, toutes les semaines ;

    • les coussins, duvets, couettes et couvertures 1x  par mois  (matière synthétique au lieu de la plume)

  • Lavez régulièrement les peluches des enfants ou placez-les une nuit au congélateur, protégées dans un  sac en plastique.
  • Température des pièces à maintenir en dessous de 20 °C dans la maison et inférieure à 18 °C dans la chambre.
  • Humidité à maintenir en dessous de 50 % dans le logement (et achetez un hygromètre pour mesurer)
  • Pas de plantes dans la chambre à coucher pour éviter que les moisissuresde s'y développer
  • Aérez régulièrement votre logement : 30 à 60 minutes par jour dans l’idéal, été comme hiver, surtout après avoir passé l’aspirateur.
  • Pour les sols : oublier les moquettes, éviter au maximum les tapis (surtout aux poils longs), préférez un carrelage ou un parquet vitrifié facile à nettoyer
  • Eviter les habits en laine
  • Préférez les armoires et les meubles fermés aux étagères sur lesquelles les acariens vont s’accumuler.
 
d'autres infos  auprès du centre d'allergie suisse :  
www.aha.ch  >>>
ALLERGIE  AU  SOLEIL
 
L’allergie au soleil se traduit par des irruptions cutanées (boutons) et des démangeaisons, plus ou moins importantes. Médicalement parlant, on parle de 'lucites'.

 


Les différentes allergies au soleil :

 

  • La lucite estivale bénigne l’allergie au soleil la plus commune. Elle touche près de 20 % de la population. On constate au bout du 2e ou 3e jour d’une forte exposition au soleil, de petites taches rouges ressemblant à de l’urticaire ou des petites cloques sur le décolleté, les épaules, les bras et les jambes (parfois le dos des pieds), associées à de vives démangeaisons.

 

  • L’urticaire solaire : il touche majoritairement les femmes entre 20 et 40 ans.Cette allergie survient dans les premières minutes après l’exposition. Des plaques d’urticaire ressemblant à des piqures d’ortie apparaissent sur le corps (zones exposées ET zones couvertes) et le visage.Les irruptions disparaissent en revanche rapidement, environ une heure après s’être mis à l’ombre.

 

  • La lucite polymorphe : environ 24 heures après une exposition au soleil de quelques heures, des plaques rouges, des boutons, et parfois même de l’eczéma surviennent sur les zones exposées particulièrement sensibles : front, pommettes, joues, décolleté.... Contrairement à la lucite estivale, elle persiste à chaque exposition au soleil. Elle est une affection chronique qui peut même durer en hiver. Il faut impérativement un suivi dermatologique.

 

  • La photosensibilisation  : est une allergie particulière qui se traduit en réalité une réaction provoquée par l’action des UV à cause de certaines substances appliquées sur la peau ou prises en comprimés : parfum, gélules et médicaments divers, colorants...Traitement : Si vous prenez un traitement médicamenteux en parallèle d’une exposition au soleil, demandez l’avis de votre dermatologue.

 

  • La photo dermatose printanière touche généralement les petits garçons de 5 à 12 ans. Elle se manifeste dès les premiers soleils (au début du printemps). Des petits boutons apparaissent au dessus des oreilles, puis se transforment en croûtes et disparaissent au bout de 10 jours sans laisser de traces. Cette irruption n’est que passagère : elle pourra se répéter pendant quelques années lors des premiers soleils, mais finit toujours par disparaitre. Aucune surveillance médicale n’est nécessaire. La meilleure prévention est le port de vêtements, bonnets et caches oreilles.

 

Précautions importantes : 

  • protection solaire indispensable, avec une crème indice 50, et renouveler l'application toutes les 2 heures au minimum et après chaque bain; évitez de prendre le soleil entre 12 et 16h; s'hydrater en conséquence.

 

 

 CABINET  DE  THERAPIES  NATURELLES

Valérie LAUBER MICHEL

www.

.ch

à Lausanne